y'a de l'abus vous allez me dire, planqués derrière vos claviers à vous demander ce que j'ai bien pu faire pendant ce temps !

Et bien c'était la rentrée tout simplement et son lot d'inscriptions en tous genres et comme nous habitons à la campagne, c'est à chaque fois des allers-retours en voiture et de nombreux kilomètres.

Ma MAC est toujours au repos, presque 2 mois de vacances pour elle !

Il est temps que ça change et je voulais vous montrer un petit nouveau.

En effet, après Betsy, Felicite, Toria, Tatum, Kinnear, Claire Aude, Eloïse, Lauren, Poppy&Daisy, Sarah's secret garden, Wiltshire, un nouveau Liberty est arrivé ce matin :

Fairford fairford_b
En prévision : un chemisier pour moi !!


Si vos emplois du temps vous le permettent, allez voir au cinéma "Des Hommes et des Dieux", c'est vraiment très très bien, émouvant, poignant de voir ces moines qui ont choisi de sacrifier leurs vies pour rester dans leur monastère auprès des populations qui avaient besoin de leur aide.

des_hommes_et_des_dieux_300

Ci-après le résumé vu par Rue89 :

Vivant en harmonie depuis des lustres avec leurs voisins et frères musulmans, les sept de Tibhirine assistent, témoins lucides mais impuissants, au désastre en cours.

La foi est-elle d'un quelconque secours ? La croyance flanche-t-elle ? Le désir de fuite fait-il craqueler la morale sacrificielle qui incite à rester ?

 

Le cinéaste filme la résistance muette à l'horreur, enregistre les tensions et les moments d'apaisement au sein du groupe, met en scène des rituels qui renseignent moins sur la religion que sur la nécessité d'être ensemble, malgré tout.

 

Avec une infinie douceur, Beauvois filme le quotidien des moines. Il saisit sur les visages de ses formidables acteurs (Michael Lonsadle et Lambert Wilson, en tête) le passage du temps, la peur et l'espoir. L'ostentation et les métaphores n'ont pas leur place dans ce film épuré, économe de ses effets, où chaque geste et regard est porteur d'une rare intensité.

 

Tibhirine, un sanctuaire de sagesse catholique en sauvage terre musulmane ? Beauvois ne mange bien sûr pas de cette hostie-là. Le film abrite tout le monde en son église, ne cherche à évangéliser personne et met en scène des sentiments à vif, une foi dans la vie, envers et contre toutes les horreurs. Même les plus athées peuvent succomber à cette grâce qui ne porte qu'un nom : le cinéma.

488839_des_hommes_et_des_dieuxdes_hommes_et_des_dieux1xavier_beauvois_des_hommes_et_des_dieux